Sunday, November 2, 2008

Le train (2) - Vous allez en enfer? Allez-y en JR.


Il est 19h19 à la gare de Tokyo. Ici, les trains ayant la fâcheuse tendance de partir à l'heure, je hâte le pas pour essayer d'attraper celui de 19h23 qui me conduira à Yokohama en 25 minutes. Sur le quai du terminus de la ligne Tokaido, petit train de banlieue qui traverse tranquillement trois départements, une foule compacte de gens se masse des deux côtés du quai. A gauche, mon train déjà bien rempli, est prêt à partir. Devant les portes béantes, des gens attendent patiemment en deux lignes parallèles celui de 19h43. A droite, le train de 19h33 stationne portes fermées. Devant, dodelinent nonchalamment de la tête d'autres voyageurs éreintés par leur journée de travail. A l'intérieur quelques employés au regard vide et aux gestes fatigués font le ménage d'usage. Ici des cadavres de canettes de bière déposées délicatement sous le siège avec un restant de paquet de chips goût jambon-ananas, là un magazine posé sur l'étagère au dessus des sièges, ici encore un parapluie orphelin et là enfin quelques détritus délicatement enfoncés entre le siège et le dossier. Une voix de robot nasillarde annonce que le ménage est à présent terminé et que les portes vont s'ouvrir immédiatement. Les visages se crispent, les espaces rétrécissent. L'air véritablement affolé, chacun se prépare à se ruer sur les places assises car ici pas de pitié: premier arrivé, premier servi, quite à jouer du coude pour faire place nette d'autant plus que certains mettront plus de deux heures pour rentrer chez eux.
Je me dirige sur le quai opposé. Une sonnerie retentit et indique que mon train va partir dans quelques secondes. Saisissant mon courage à deux mains, je m'y engouffre en apnée. Nous partons.

Prochaine station Shinbashi, celle qui va prouver par A plus B que l'être humain et surtout le Japonais est compressible à l'infini, voire au-delà. Quelques personnes arrivent tant bien que mal à se frayer un passage à coup de "すみません excusez-moi" ou de "降ります j'aimerais sortir", puis c'est le chaos. A défaut de places assises, les meilleures sont celles qui se trouvent directement en face de ces dernières: surtout ne pas être au milieu de la rangée.
Le train repart, je m'accroche désespérément à la poignée en plastique au niveau de ma tête tout en embrassant amoureusement le poteau métallique graisseux où folâtrent toutes les maladies de l'archipel réunies. En face de moi, un salary man dort profondément la tête en arrière courbée de façon non naturelle à plus de 90 degrés, bouche ouverte. Défiant toutes les règles de la diginité humaine, il ronfle et bave: il est chez lui. Dans sa main, un paquet de cacahuètes éventré et sur ses genoux, un journal grand ouvert à la page inévitable où une jeune japonaise exhibe et malaxe son énorme poitrine l'air lubrique. Il semble heureux. Il a deux taches de graisse au côté droit.
Près de lui, une femme joue les métronomes humains et se balance de gauche à droite, heurtant délicatement les épaules de ses voisins avant de se replacer et recommencer son infernal mouvement. N'ayant pas la place de fouiller dans mon sac pour en ressortir un éventuel objet de divertissement, je lis et relis les éternelles publicités que je connais par coeur. Des pubs pour le mariage, pour la constipation et la gueule de bois, pour apprendre l'anglais et ainsi vaincre toutes les barrières culturelles et langagières de tous les pays du monde en parlant une seule langue; je pouffe intérieurement. C'est bientôt Halloween: Mickey et ses sbires me fixent en souriant comme des damnés.
Au dehors il fait nuit noire et par la vitre je peux voir les néons et les lumières de Tokyo défiler en d'innombrables trainées scintillantes et multicolores.

Nous arrivons à Shinagawa: nouvelles scènes d'exode massif et de souffrance. La plupart des gens ne sont pas encore descendus que ça rentre en poussant et en maugréant comme s'il s'agissait du dernier train. Certains avec leurs bagages ont tout simplement choisi le mauvais moment pour prendre les transports en commun, mais qu'importe: tout le monde rentrera quand même. Ceux pris en tenaille au milieu de la rangée sont écrasés, fauchés, mutilés sans pitié; ils ne peuvent ni ne veulent se plaindre car au Japon sa détresse personnelle ne doit pas faire obstacle à la bonne marche du système. Plus que leur triste sort, leur visage absolument impassible et résigné me fait froid dans le dos.
Petite mélodie. Les portes se referment et le convoi redémarre. Devant moi, le salaryman ronfleur et la métronome folle se portent bien.

Vient Kawasaki, puis Yokohama. Je récupère mon sac et je me prépare à descendre tranquillement mais me voilà pris dans le mouvement de foule et je manque de tomber. Redressé, je me retrouve à présent compressé et tente de me créer un espace vital à coups de coude, en vain. J'ai envie de hurler, de sortir un sabre et de trancher, de découper cette absurde assemblée suintante de folie. Je n'ai jamais compris pourquoi il fallait à tout prix pousser comme un con pour sortir; pourquoi il fallait avoir ce regard terrifié d'enfant abandonné en descendant du train; pourquoi toutes les règles du savoir-vivre et de la politesse devaient être sacrifiées en cet instant précis d'absolue animalité...

Je laisse passer cette foule dégénérée et reprend mon calme et mes esprits sur le quai. Vu d'ici le train me semble une bouche infernale vomissant ses passagers qui dégoulinent dans les escaliers.
Tous ont le regard dément de l'abnégation.

En empruntant à mon tour l'escalier vers les portillons automatiques que je sais congestionnés, je n'ai qu'une seule et unique pensée: déménager, vite.

9 comments:

shanti said...

donc j'en laisse deux, moi j'aime bien laisser des commentaires.
Le train 1 -eh bien- je les lu après le train 2 ! dommage peut-être !! J'ai bien rigolé, j'imagine tout à fait le monsieur bavouillant son surplus de salive et la dame d'à côté. En fait, on y est tellement bien qu'on ne peut qu'en rire tranquilement assis derriére son ordinateur, mais j'imagine le cauchemar de cette situation. Heureusement qu'on a encore l'humour pour surmonter tout ça. J'aime bien les petites affiches qui illustre le post, j'imagine qu'on les voit dans les trains justement. La première est spécialement marrante quand même !! Merci d'être revenu par chez vous, c'est toujours un plaisir de vous lire.

une masochiste qui a déménagé dans l'autre sens said...

Génial! J'avais vaguement renoncé à venir voyant les jours et les semaines passer sans signe de vie, mais là je ne regrette pas le voyage. Un grand moment de bonheur, qui soulage un peu de vivre à Kannai...

Ikkakujuu no Ryuji said...

Pauvre Tokyoites !
Sympa les nouvelles affiches (qui ne servent a rien dans les trains car tout le monde les ignore).
En tout cas, ils ont fait un effort sur le design ce coup-ci.

ピエール said...

Hello !
Je découvre ce blog par les billets "Le train" (1 et 2).
Ca me rappelle le métro de Hong Kong aux heures de pointe (la Island line surtout). Je n'ai pas souvent pris le métro (j'étais plutôt bus, quitte à perdre un peu de temps mais être assis), mais je me souviens que j'avais la (relative) chance de faire une bonne tête de plus que la moyenne et donc d'avoir accès à l'air libre au dessus des passagers...
Je retrouve les mêmes comportements (on attend sagement devant les marques au sol et quand le métro est là, c'est l'émeute !).

Ikkakujuu no Ryuji said...

Un article ! Un article ! Un article ! ^-^

Charles Héraut-Goureau said...

Oui va falloir que je m'y remette. je viens de déménager sur Tokyo donc j'ai pas mal de choses à dire...

Anonymous said...

"Tous ont le regard dément de l'abnégation."

On ne saurait mieux le décrire.
Merci de mettre en mot, ce que chacun ressent.

lejlp said...

Bonjour,

Votre blog est très bien fait. Bien que je ne soit pas toujours d'accord avec vous, on se retrouve un peu. Dommage que vous ne l'ayez pas suivi !

J'ai une autre question, votre image d'accueil, qu'est ce que c'est ? Comment la trouver ?

Merci

Charles Héraut-Goureau said...

Je devrais m'y remettre, étant bientôt en vacances! Patience...